Digital Brain
digital brain
digital brain

Augmentations des seuils d’avis de fusion au Canada pour 2018

Février 2018 Bulletin Droit de la concurrence et commerce international Lecture de 4 min

Les augmentations des seuils d’avis de fusion pour 2018 en vertu de la Loi sur la concurrence du Canada et de la Loi sur investissement Canada ont été annoncées.

Loi sur la concurrence

La Loi sur la concurrence exige un préavis pour certaines fusions visant des entreprises en exploitation au Canada lorsque les critères financiers de la « taille de la cible » et de la « taille des parties » sont tous les deux dépassés :

  • Le critère de la « taille de la cible » exige que la valeur des actifs au Canada qui sont visés par l’acquisition ou détenus par la société dont les actions sont visées par l’acquisition, ou les revenus bruts annuels provenant de ventes, au Canada ou en provenance du Canada, et réalisés à partir de ces actifs canadiens, dépassent un seuil précisé. Le Bureau de la concurrence a annoncé que le seuil relatif à la « taille de la cible » sera augmenté pour être porté à 92 M$ CA pour 2018. Le nouveau seuil entrera en vigueur dès sa publication dans la Gazette du Canada, qui devrait avoir lieu le 10 février 2018. Il s’agit d’une augmentation de 4 M$ CA par rapport au seuil de 88 M$ CA pour 2017.
  • Le critère de la « taille des parties » exige que les parties à une transaction, avec leurs affiliées, possèdent des actifs au Canada, ou réalisent des revenus bruts annuels provenant de ventes, au Canada, en direction du Canada ou en provenance du Canada, qui dépassent 400 M$ CA. (Le critère de la « taille des parties » demeure inchangé par rapport à ce qu’il était en 2017.)

Loi sur Investissement Canada

La Loi sur Investissement Canada exige que tout non‑Canadien qui acquiert le contrôle d’une entreprise canadienne (qu’elle soit ou non sous le contrôle de Canadiens avant l’acquisition) dépose soit un avis, soit une demande d’examen. Aux fins de cette Loi, un non‑Canadien comprend toute entité qui n’est pas sous le contrôle de Canadiens ou dont des Canadiens ne sont pas les propriétaires véritables.

Les investisseurs des États‑Unis et de certains autres pays bénéficiant du traitement de la nation la plus favorisée en vertu d’accords de libre‑échange conclus avec le Canada (dont les États‑Unis, le Chili, la Colombie, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Pérou et la Corée du Sud) qui ne sont pas des entreprises d’État sont généralement tenus de déposer une demande d’examen et d’approbation avant la clôture lorsqu’ils acquièrent directement une entreprise canadienne dont la valeur d’affaires dépasse 1,5 G$ CA. Ce seuil de valeur d’affaires est entré en vigueur le 21 septembre 2017. Le seuil s’applique aussi à l’égard des investissements visant l’acquisition du contrôle d’une entreprise canadienne qui était, immédiatement avant l’investissement, sous le contrôle d’un investisseur issu de l’un de ces pays. Le seuil de 1,5 G$ CA sera rajusté annuellement selon le mécanisme d’indexation fondé sur l’inflation à compter du mois de janvier 2019.

Les investisseurs OMC (entreprises sous contrôle dans les pays membres de l’OMC) qui ne sont pas des entreprises d’État et qui ne bénéficient pas du traitement de la nation la plus favorisée en vertu des accords précédemment mentionnés sont généralement tenus de déposer avant la clôture une demande aux fins d’examen et d’approbation lorsqu’ils acquièrent directement une entreprise canadienne dont la valeur d’affaires dépasse 1,5 G$ CA. Ce seuil relatif à la valeur d’affaires est entré en vigueur le 22 juin 2017. Il s’applique aussi aux investisseurs autres que des investisseurs OMC qui acquièrent directement le contrôle d’une entreprise canadienne qui était, immédiatement avant l’investissement, sous le contrôle d’un investisseur OMC. Le seuil de 1 G$ CA sera rajusté annuellement selon le mécanisme d’indexation fondé sur l’inflation du mois de janvier 2019.

En ce qui concerne les acquisitions directes par des entreprises d’État d’un pays membre de l’OMC, l’établissement du seuil aux fins d’approbation n’est pas fondé sur la valeur d’affaires, mais sur la valeur des actifs. La Division de l’examen des Investissements a annoncé que le seuil relatif à la valeur des actifs pour 2018 sera augmenté pour être porté à 398 M$ CA. Le nouveau seuil entrera en vigueur dès la publication dans la Gazette du Canada, qui devrait avoir lieu sous peu. Il s’agit d’une augmentation de 19 M$ CA par rapport au seuil précédent de 379 M$ CA. Ce seuil relatif à la valeur des actifs s’applique aussi aux entreprises d’État de pays qui ne sont pas membres de l’OMC et qui acquièrent le contrôle d’une entreprise canadienne qui était, immédiatement avant l’investissement, sous le contrôle d’un investisseur OMC. Ce seuil relatif à la valeur des actifs est rajusté annuellement en fonction de l’inflation, habituellement au mois de janvier.

Les seuils d’approbation relatifs à la valeur des actifs pour les investissements effectués par des investisseurs autres que des investisseurs OMC qui ne sont pas décrits ci-dessus et pour les investissements réalisés dans des entreprises culturelles canadiennes demeurent à 5 M$ CA pour les acquisitions directes et à 50 M$ CA pour les acquisitions indirectes.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, tout non‑Canadien qui effectue l’acquisition d’une entreprise canadienne qui n’est pas assujettie à une demande d’examen est tenu de déposer un avis en vertu de la Loi sur Investissement Canada. Cet avis peut être déposé en tout temps avant la clôture ou dans les 30 jours qui suivent la clôture.

La Loi sur Investissement Canada prévoit aussi un régime particulier en matière de sécurité nationale. Tout investissement (même l’acquisition de participations minoritaires) par un non-Canadien dans une entreprise canadienne qui « pourrait porter atteinte à la sécurité nationale » peut faire l’objet d’un examen en matière de sécurité nationale. Un examen en matière de sécurité nationale peut être amorcé dans les 45 jours qui suivent la remise d’un avis ou d’une demande d’examen. Lorsqu’une transaction soulève des préoccupations en matière de sécurité nationale, on doit soumettre l’avis ou la demande d’examen bien à l’avance de la clôture.

Liste de contrôle

Veuillez cliquez ici pour consulter notre liste de contrôle relative aux dépôts en vertu de la Loi sur la concurrence du Canada et de la Loi sur Investissement Canada, montrant les seuils de 2018.

par James Musgrove, Neil Campbell, John Clifford et Joshua Chad

Mise en garde

Le contenu du présent document fournit un aperçu de la question, qui ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt consulter ses propres conseillers juridiques.

© McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l./LLP 2018

Perspectives (5 Posts)

Featured Insight

La « période ouverte » de 2022 du secteur de la construction – Ce que les employeurs doivent savoir

La période du 1er mars au 30 avril 2022 est ce qu’on appelle la « période ouverte » pour les conventions collectives du secteur industriel, commercial et institutionnel (ICI) de la construction et conventions d’autres secteurs en Ontario. Pendant cette période, les membres des syndicats de la construction peuvent demander à la Commission des relations de travail de l’Ontario de mettre fin au droit de négocier d’un syndicat avec leur employeur ou, plus fréquemment, un syndicat rival peut demander à la Commission de déloger un syndicat existant, ce qui est couramment appelé du maraudage. Pendant la période ouverte, les employeurs verront probablement une augmentation de l’activité syndicale sur les chantiers, car les syndicats en place chercheront à maintenir l’adhésion de leurs membres et les syndicats rivaux pourraient chercher à obtenir un soutien à leur maraudage.

Joignez-vous à nous le mercredi 2 février pour une discussion sur ce à quoi les employeurs devraient s’attendre et ce qu’ils ont besoin de savoir si une requête en révocation de l’accréditation ou en substitution concernant leurs salariés est déposée à la Commission.

Détails
Mercredi 2 février 2022
Featured Insight

La technologie immobilière : nouvelle frontière de l’immobilier, partie 3 – les risques

Aperçu des risques de la technologie immobilière pour les entreprises du secteur immobilier et les utilisateurs de ces produits.

Lire plus
25 Jan, 2022
Featured Insight

Préparez-vous! Du nouveau sur l’interdiction des articles en plastique à usage unique au Canada

Dans ce bulletin, nous faisons le point brièvement sur l’état de la législation sur les articles en plastique à usage unique au Canada.

Lire plus
25 Jan, 2022
Featured Insight

L’argent est roi – maîtriser les garanties en espèces

Parfois, des opérations de prêt sont garanties par des espèces déposées auprès d’une institution financière en prévision d’obligations conditionnelles.

Lire plus
21 Jan, 2022
Featured Insight

La Commission des valeurs mobilières de l’Alberta donne une orientation sur les régimes de droits des actionnaires, les indemnités de rupture et le recours aux swaps d’actions dans le cadre d’une offre publique d’achat

Une décision en Alberta juge que les swaps dans une offre publique d’achat hostile peuvent être abusifs, et commente les régimes de droits des actionnaires et les indemnités de rupture.

Lire plus
20 Jan, 2022