Digital Brain
digital brain
digital brain

Budget 2021 : Assouplissement des règles d’imposition applicables aux « placements enregistrés »

Le 23 avril 2021 Bulletin de fiscalité Lecture de 3 min

Grâce aux modifications législatives annoncées dans le budget de 2021, les fiducies et les sociétés qui, pour l’application de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) (la « Loi de l’impôt »), constituent des « placements enregistrés » bénéficieront d’un allègement opportun.

Contexte

Les régimes enregistrés, y compris les régimes enregistrés d’épargne-retraite (les « REER ») et les fonds enregistrés de revenu de retraite (les « FERR »), ne peuvent être constitués, en général, que de « placements admissibles ».

Les actions ou les unités d’un « placement enregistré » sont habituellement des « placements admissibles » pour l’application de la Loi de l’impôt.

Certaines fiducies et sociétés sont autorisées à demander au ministre du Revenu national d’être acceptées comme « placements enregistrés » dans le cadre de certains régimes, dont les REER et les FERR. En plus des fiducies de fonds commun de placement et des sociétés de placement à capital variable, qui sont toutes deux des « placements enregistrés », les fiducies et les sociétés qui auraient autrement été considérées comme telles si elles avaient rempli les critères de répartition de la propriété (p. ex. celui connu comme le critère des 150 actionnaires/porteurs de parts), peuvent également être admissibles comme « placements enregistrés », à condition qu’elles détiennent uniquement des placements prévus par règlement pour le genre de régime enregistré à l’égard duquel elles ont présenté une demande d’enregistrement (l’« exigence de détention prescrite »). Les entités qui entrent dans cette dernière catégorie d’enregistrement sont communément appelées « quasi-fiducies de fonds commun de placement » et « quasi-sociétés de placement à capital variable » (conjointement, les « quasi-fonds communs de placement »).

Les quasi-fonds communs de placement qui ne répondent pas à l’exigence de détention prescrite peuvent être assujettis à un impôt mensuel extraordinaire équivalant à 1 % de la juste valeur marchande du portefeuille de biens non admissible (calculée au moment de l’acquisition de ces biens) (l’« impôt prévu à la partie X.2 »).

Iniquité potentielle pour ceux qui investissent dans des régimes non enregistrés

Les parties intéressées ont soulevé des préoccupations quant au fait que l’impôt prévu à la partie X.2 pourrait imposer un fardeau inéquitable à ceux qui investissent dans des régimes non enregistrés, dans la mesure où les participations dans un « placement enregistré » ne sont pas détenues dans des régimes enregistrés. Par exemple, si 75 % des unités d’un quasi-fonds commun de placement sont détenues par des particuliers imposables, il pourrait sembler injuste que le « placement enregistré » soit assujetti à l’impôt prévu à la partie X.2 à l’égard de tous les placements non autorisés qu’il comporte, puisque 75 % des parts sont détenues par des épargnants imposables pour qui le statut de « placement enregistré » est sans pertinence.

Le gouvernement a reconnu l’iniquité inhérente aux règles fiscales de la partie X.2 et a proposé de modifier la Loi de l’impôt de manière à ce que l’impôt prévu soit effectivement calculé au prorata, de sorte qu’il ne s’applique qu’à une fraction du portefeuille de biens non admissible d’un quasi-fonds commun de placement, (i) le numérateur de cette fraction étant égal au nombre d’unités/actions émises et en circulation du quasi-fonds commun de placement qui, à la fin du mois en question, sont détenues dans des REER, des régimes de participation différée aux bénéfices, des FERR et des placements enregistrés, décrits aux alinéas 204.4(2)b), d) ou f) de la Loi de l’impôt, et (ii) le dénominateur de la fraction étant égal au nombre total d’unités/actions émises ou en circulation du placement enregistré à la fin du mois visé.

Les nouvelles propositions devraient réduire de 30 millions de dollars, au cours des 5 prochaines années, l’impôt auquel sont assujettis les « placements enregistrés » en vertu de la partie X.2.

Échéancier de mise en œuvre

La proposition prévoit l’application des mesures d’allègement de l’impôt prévu à la partie X.2 à l’égard des mois terminés après 2020. En outre, les mesures d’allègement s’appliqueront également à un « placement enregistré » pour les mois antérieurs à 2021 si, au plus tard le 19 avril 2021, a) aucun avis de cotisation relatif à un montant d’impôt à payer aux termes de la partie X.2 n’a été envoyé au « placement enregistré » pour le mois visé, ou b) si un tel avis de cotisation a été envoyé au « placement enregistré », le droit d’opposition ou d’appel du « placement enregistré » à l’égard de cette cotisation est toujours valable.

par Michael Friedman

Mise en garde

Le contenu du présent document ne fournit qu’un aperçu du sujet et ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt consulter ses propres conseillers juridiques.

© McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l. 2021

Perspectives (5 Posts)

Featured Insight

Partie 1 | Balado sur les marchés financiers : Le fossé entre la législation sur les valeurs mobilières et les cryptomonnaies

Cette série de balados aborde l’avenir de la législation sur les cryptomonnaies.

Lire plus
7 Déc, 2022
Featured Insight

Facteurs ESG : l’information des émetteurs assujettis doit être factuelle, équilibrée, exacte et complète

Le rapport biennal (avis 51-364) des ACVM met les émetteurs en garde contre l’information continue exagérément promotionnelle qui tient de l’« écoblanchiment ».

Lire plus
2 Déc, 2022
Featured Insight

Le droit d’auteur prolongé de 20 ans dès le 30 décembre 2022

La prolongation faisant passer la durée générale du droit d’auteur de 50 à 70 ans après le décès de l’auteur entrera en vigueur le 30 décembre prochain.

Lire plus
2 Déc, 2022
Featured Insight

Taxe sur le luxe du Canada : difficultés pratiques pour le secteur de l’aviation

À ce jour, la taxe sur le luxe du Canada demeure mal comprise, malgré l’incidence importante qu’elle est appelée à avoir sur des secteurs névralgiques.

Lire plus
1 Déc, 2022
Featured Insight

Webinaire pour conseillers juridiques en entreprise | Au-delà des principes de base: outils et stratégies pour créer un milieu de travail juridique plus inclusif

Venez écouter notre conférencière invitée, Jodie Glean-Mitchell, directrice générale de l’équité, de la diversité et de l’inclusion à l’Université de Toronto, le mardi 13 décembre. Les participants seront invités à examiner en profondeur la complexité des identités intersectionnelles et des (micro)agressions, et leurs répercussions dans le milieu juridique.

Détails
Mardi 13 décembre 2022