La femme faisant le cadre autour du soleil avec ses mains au lever du soleil
La femme faisant le cadre autour du soleil avec ses mains au lever du soleil
La femme faisant le cadre autour du soleil avec ses mains au lever du soleil

La Cour suprême du Canada se penchera de nouveau sur le contrôle judiciaire

Mai 2018 Bulletin de litige Lecture de 2 min

La Cour suprême du Canada a récemment indiqué qu’elle avait l’intention de réexaminer la norme de contrôle[1]. La décision de la Cour suprême du Canada aura des incidences importantes sur les parties qui portent en appel la décision d’un tribunal ou d’un organisme administratif.

Fait inusité, la Cour suprême a remis des motifs au moment d’autoriser le pourvoi dans l’affaire Ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration c. Alexander Vavilov. Elle a déclaré que l’appel sera entendu avec deux autres affaires et a précisé ce qui suit :

La Cour est d’avis que ces appels offrent l’occasion d’examiner la nature et la portée du contrôle judiciaire de l’action administrative, telles que discutées dans Dunsmuir c. Nouveau-Brunswick [2008] 1 R.C.S. 190, 2008 CSC 9, et des affaires subséquentes.

La Cour suprême renvoie à l’arrêt Dunsmuir[2], qu’elle a prononcé en 2008. Dans cette affaire, la Cour tentait de simplifier la démarche à suivre pour le contrôle judiciaire des décisions des tribunaux administratifs. Elle a alors posé le principe que le contrôle doit s’effectuer au regard de deux normes, celle de la décision correcte et celle de la raisonnabilité. Toutefois, depuis cet arrêt, les juges, les avocats et les auteurs de doctrine ont fait observer que cette démarche simplifiée avait suscité incohérence et confusion[3]. Les avocats de McMillan qui exercent en droit administratif suivent cette affaire de près et feront un compte rendu de la décision de la Cour suprême au moment venu et de ses incidences pour les clients du cabinet.

par Jon Wypych et Adam Chisholm

[1] Ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration c. Alexander Vavilov, demande d’autorisation d’appel à la CSC accueillie, numéro de dossier 37748 (10 mai 2018).
[2] 2008 CSC 9.
[3] Se reporter, par exemple, à l’article « The Canadian Law of Judicial Review: A Plea for Doctrinal Coherence and Consistency », (2016) 42 Queen’s L.J. 27.

Mise en garde

Le contenu du présent document fournit un aperçu de la question, qui ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt consulter ses propres conseillers juridiques.

© McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l. 2018

Publications connexes

Publication

Le BSIF annonce ses propositions de modification du régime des actifs placés en fiducie des succursales de sociétés d’assurance étrangères

8 Avr, 2021

Le BSIF annonce 3 propositions de modification du régime des actifs placés en fiducie des succursales de sociétés d’assurance étrangères au Canada

post
Publication

La Cour suprême du Canada le confirme : l’exigence du préavis d’exercice d’un droit hypothécaire dans le cadre de la nomination d’un séquestre au québec est là pour rester

8 Avr, 2021

La CSC le confirme : l’exigence d’un préavis d’exercice d’un droit hypothécaire dans le cadre de la nomination d’un séquestre au québec est là pour rester

post
Publication

La Cour suprême du Canada maintient le régime fédéral de tarification du carbone

7 Avr, 2021

Dans sa décision du 25 mars 2021, la CSC juge que la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre est constitutionnelle.