Insights Header image
Insights Header image
Insights Header image

Dernière chance pour une date d’entrée en phase nationale tardive au Canada

Août 2019 Bulletin de propriété intellectuelle Lecture de 4 min

Introduction

C’est officiel : les nouvelles Règles sur les brevets du Canada entreront en vigueur le 30 octobre 2019. Les nouvelles Règles sur les brevets ont été publiées le 10 juillet 2019 dans la Gazette du Canada, Partie II, volume 153, numéro 14.

Le principal objectif des nouvelles Règles sur les brevets est la mise en œuvre des modifications apportées à la Loi sur les brevets afin que le Canada puisse ratifier le Traité sur le droit des brevets (PLT).

Avec l’entrée en vigueur des nouvelles Règles sur les brevets, le Canada ne sera plus l’un des rares États contractants au Traité de coopération en matière de brevets (PCT) à permettre une date d’entrée en phase nationale tardive, de plein droit, pour une demande de brevet internationale.

En vertu des Règles sur les brevets canadiennes précédentes[1], la mise en œuvre pour l’entrée en phase nationale d’une demande internationale pouvait être retardée, de plein droit, d’un maximum de 12 mois (c’est-à-dire jusqu’à 42 mois suivant la date de priorité), moyennant un paiement relativement modeste de 200 $ CA, sans que des explications pour l’entrée tardive doivent être fournies.

Ce ne sera plus possible pour les demandes internationales déposées à compter du 30 octobre 2019. Dans le cas des demandes internationales déposées après l’entrée en vigueur des nouvelles Règles sur les brevets[2], un demandeur qui ne se conforme pas aux exigences liées à l’entrée en phase nationale dans les 30 mois suivant la date de priorité sera tenu de faire parvenir au commissaire une requête en rétablissement de ses droits à l’égard de la demande internationale selon le PCT et une déclaration portant que le défaut n’était pas intentionnel, et il devra verser la taxe pour le rétablissement des droits dans les 12 mois suivants (soit 42 mois suivant la date de priorité).

Le Canada est signataire du Traité sur le droit des brevets

Le Canada est devenu signataire du Traité sur le droit des brevets le 21 mai 2001, soit un peu moins d’un an après les États-Unis, qui l’ont signé le 2 juin 2000. Les États-Unis ont ratifié le traité le 18 septembre 2013, et le traité est entré en vigueur aux États-Unis le 18 décembre 2013. Le Canada adhérera au Traité sur le droit des brevets le 30 octobre 2019.

Changements apportés aux Règles sur les brevets

En vertu du nouveau sous-alinéa 154(3)a)(i) des Règles, dont un extrait figure ci-dessous, on ne pourra plus se contenter de payer la taxe d’entrée tardive en phase nationale, sans aucune explication, pour une entrée en phase nationale au Canada après l’expiration de la période de 30 mois après la date de priorité pour les demandes selon le PCT déposées à la date d’entrée en vigueur des nouvelles Règles ou après. Le demandeur sera tenu de présenter au commissaire une déclaration portant que le défaut n’était pas intentionnel ainsi qu’une déclaration expliquant les raisons de ce défaut. De plus, le rétablissement du droit d’entrée dans la phase nationale sera laissé à la discrétion du commissaire. La façon dont le commissaire exercera son pouvoir discrétionnaire et les circonstances justifiant une entrée tardive ne sont pas claires.

Rétablissement des droits

(3) Si le demandeur ne s’est pas conformé aux exigences du paragraphe (1) et, s’il y a lieu, à celle du paragraphe (2) au plus tard trente mois après la date de priorité, il est considéré comme s’étant conformé à ces exigences dans ce délai si les conditions suivantes sont remplies :

a) au plus tard douze mois après ce délai :

(i) le demandeur dépose auprès du commissaire une requête pour que ses droits soient rétablis à l’égard de la demande internationale et une déclaration portant que le défaut n’était pas intentionnel,

(ii) il se conforme aux exigences prévues aux alinéas (1)a) et b),

(iii) il verse la taxe nationale de base, laquelle est :

(A) si la condition relative au statut de petite entité prévue au paragraphe 44(2) est remplie et que, au plus tard douze mois après le délai prévu au paragraphe (1), la déclaration du statut de petite entité est déposée à l’égard de la demande conformément au paragraphe 44(3), la taxe applicable aux petites entités prévue à l’article 21 de l’annexe 2,

(B) dans tout autre cas, la taxe générale prévue à cet article;

(iv) il verse la taxe pour le rétablissement des droits prévue à l’article 22 de l’annexe 2; …

Dernière chance

Dans un article publié plus tôt[3], les auteurs ont exhorté les demandeurs à se prévaloir de cette courte période pour profiter du régime d’entrée tardive en phase nationale du Canada.

Les prochains mois représentent une dernière chance avant l’adhésion du Canada au Traité sur le droit des brevets, le 30 octobre 2019. Les exigences actuelles relatives à l’entrée tardive sont relativement simples et les coûts sont assez modestes.

Une journée fait toute la différence

Supposons que nous sommes le 29 octobre 2019, tel qu’il est illustré ci-dessus. En vertu des Règles sur les brevets en vigueur le 29 octobre 2019, une demande selon le PCT dont la date de dépôt est le 29 octobre 2019 ou avant pourrait, de plein droit, entrer directement en phase nationale au Canada, moyennant le paiement d’une taxe de demande tardive de 200 $CA, et ce, jusqu’à 42 mois suivant la date de priorité.

Cependant, les nouvelles Règles sur les brevets entrent en vigueur le lendemain. Pour les demandes internationales déposées à partir de cette date (c’est-à-dire dont la date de dépôt en phase internationale est le 30 octobre 2019 ou après), la période d’entrée tardive mise en évidence (illustrée ci-dessus) disparaîtra. Les dispositions transitoires[4] permettent l’entrée tardive en phase nationale des demandes déposées avant le 30 octobre 2019. Cependant, une demande déposée à partir du 30 octobre 2019 devra satisfaire aux nouvelles exigences pour l’entrée en phase nationale au Canada plus de 30 mois suivant sa date de priorité.

Conclusion

Si une demande de protection de brevet est présentée au Canada au titre d’une demande internationale selon le PCT, les demandeurs souhaitant profiter de la période d’entrée tardive actuelle au Canada doivent déposer la demande en phase internationale avant le 30 octobre 2019.

par Tilaye Terrefe et Keith Bird*

[1] Règle 58(3)b (abrogée le 30 octobre 2019).
[2]Nouveau paragraphe 154(3) des Règles.
[3]Brève occasion de tirer profit du régime d’entrée tardive en phase nationale du Canada, novembre 2018.
[4]Paragraphe 210(3) – publié après l’article susmentionné de novembre 2018.

* Tilaye Terrefe est un spécialiste des brevets chez McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l. et Keith Bird est un associé et président du Groupe des brevets chez McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l. Dans l’article, on corrige un exemple fourni dans une version antérieure. Les auteurs souhaitent remercier Craig MacMillan de ses précieux commentaires.

Mise en garde

Le contenu du présent document ne fournit qu’un aperçu du sujet et ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt consulter ses propres conseillers juridiques.

© McMillan S.E.N.C.R.L. S.r.l. 2019

Perspectives (5 Posts)Voir Plus

Featured Insight

Augmentation des sanctions applicables : saisies et confiscations aux frontières, sanctions administratives et nouvelle obligation de déclaration pour les infractions de contournement de sanctions

Changes to Canada’s sanctions regime under Bill C-59 will add reporting requirements for importers/exporters, create AMPs, and grant new CBSA seizure powers.

Lire plus
20 Juin, 2024
Featured Insight

Restructuration corporative et droit de la propriété intellectuelle : la Cour supérieure du Québec annule un avis de résiliation et livre une première interprétation des droits d’usage sous la LACC

In the context of a restructuring, the debtor's right to resiliate a contract under s. 32 of the Companies' Creditors Arrangement Act is far from absolute.

Lire plus
19 Juin, 2024
Featured Insight

Troisième partie du webinaire de McMillan sur l’arrêt R. c. Grand Sudbury

Joignez-vous à nous pour la troisième partie de cette série (en anglais), qui fait suite aux deux webinaires (également en anglais) diffusés en décembre 2023 et en février 2024, au cours desquels nous avons discuté de l’historique, des détails et des répercussions juridiques de la décision de la Cour suprême du Canada dans l’affaire R. c. Grand Sudbury.

18 Juin, 2024
Featured Insight

Au revoir CDOR, bonjour CORRA : le dernier mois du taux CDOR et les tendances en matière de prêts CORRA

Le taux CDOR cessera d’être publié après le 28 juin 2024; le taux CORRA est maintenant utilisé dans des conventions de crédit et certaines tendances se dessinent quant à son utilisation.

Lire plus
13 Juin, 2024
Featured Insight

Loin de copier la FARA, le projet de loi sur la transparence et la responsabilité en matière d’influence étrangère renvoie les précisions à plus tard

La proposition visant à établir un registre des agents étrangers au Canada ne reproduit pas les aspects controversés de la FARA, mais laisse le champ ouvert à des règlements et des directives plus détaillés.

Lire plus
6 Juin, 2024