Insights Header image
Insights Header image
Insights Header image

Arrêtons de voir de l’ambiguïté là où il n’y en a pas – La Cour d’appel de l’Ontario précise le droit sur les clauses de licenciement

Juillet 2018 Belletin Droit du travail et de l'emploi Lecture de 3 min

La Cour d’appel de l’Ontario s’est prononcée sur de nombreuses clauses de licenciement au cours des deux dernières années. Vers la fin du mois de juin, la Cour a rendu une autre décision à laquelle les employeurs devraient prêter une attention particulière, du fait qu’elle leur est plus favorable que certains jugements récents.

Dans l’affaire Amberber v IBM Canada Ltd., la Cour d’appel a infirmé la décision de la Cour supérieure de l’Ontario et conclu que la clause de licenciement figurant dans le contrat de l’employé demandeur était opposable. Nous avions commenté le jugement de la cour supérieure en janvier.

L’employé demandeur (intimé) travaillait pour IBM depuis plus de 15 ans lorsqu’il a été licencié sans motif. IBM se fondait sur une clause de licenciement figurant dans le contrat d’Amberber qui limitait son droit à un préavis. La clause de licenciement en question prévoyait qu’Amberber recevrait, à titre d’indemnité tenant lieu de préavis, le plus élevé de son salaire de base mensuel ou de son salaire de base hebdomadaire pour chaque période de service de six mois. Cette même clause énonçait que la somme à laquelle Amberber avait droit englobait tous les montants auxquels il pouvait prétendre en vertu de la Loi de 2000 sur les normes d’emploi (la « LNE ») (la « clause de paiement global », appelée en anglais inclusive payment provision) et comprenait la clause « à toute épreuve » (failsafe) suivante :

« [Traduction] Si la législation provinciale applicable sur les normes d’emploi vous confère des droits en cas de licenciement (les « droits prévus par la loi ») qui sont supérieurs à ceux que prévoit la présente offre d’emploi, IBM vous accordera les droits prévus par la loi, au lieu de vos droits aux termes de la présente offre d’emploi. »

Dans la décision de la Cour supérieure, rendue par jugement sommaire, la juge des requêtes a scindé la clause de licenciement en trois parties. Elle a conclu que la clause de paiement global s’appliquait aux dispositions sur l’indemnité tenant lieu de préavis, mais non à la clause à toute épreuve. Cela signifiait donc que la clause était inapplicable parce qu’elle ne réfutait pas, à toutes fins, la présomption selon laquelle l’employé avait droit au préavis prévu par la common law. De plus, la clause a été jugée ambiguë, ce qui a amené la Cour à privilégier l’interprétation la plus favorable à l’employé.

Toutefois, en appel, le juge Gray a décidé que, contrairement aux conclusions formulées en Cour supérieure, la clause de licenciement (citée ci-dessus) n’était pas ambiguë. Le juge Gray indique ce qui suit :

« [Traduction] Le tribunal ne devrait pas s’efforcer de créer une ambiguïté là où il n’y en a pas. À mon avis, la juge des requêtes s’est efforcée de créer une ambiguïté là où il n’en existait aucune. »

En outre, la juge des requêtes a commis une erreur fondamentale en divisant la clause en trois parties. En effet, « [Traduction] les phrases de la clause ne peuvent être interprétées de façon indépendante. La clause doit plutôt être interprétée comme un tout. » Le juge Gray ajoute ce qui suit :

[62]   […] [Traduction] En concluant que la clause de paiement global s’applique à une partie seulement de la clause (de licenciement) et non à l’autre partie, on donne à la clause dans son ensemble une interprétation forcée et déraisonnable. De fait, si la clause de paiement global était répétée à la fin de la clause, comme le suggère la juge des requêtes, cela ne ferait que créer de la confusion.

La Cour d’appel a aussi conclu que la clause à toute épreuve devait être appliquée à l’ensemble de la clause de licenciement. Cela signifiait que les options relatives à l’indemnité de départ devaient être interprétées de façon large (read up) afin qu’elles soient conformes  à la LNE.

Ce que les employeurs peuvent en retenir

L’arrêt de la Cour d’appel dans l’affaire Amberber sera vraisemblablement très utile pour les employeurs ontariens. Il souligne que si les tribunaux peuvent lire les contrats d’emploi d’une autre façon que dans le cas de contrats commerciaux ordinaires, ils ne devraient pas s’efforcer indûment de trouver une ambiguïté qu’ils résoudront en faveur de l’employé. De plus, cette cause illustre toute l’importance d’une rédaction de contrat précise et rigoureuse, notamment quant à l’inclusion de clauses à toute épreuve. Néanmoins, les employeurs devraient éviter les clauses qui se prêtent à plus d’une interprétation raisonnable.

par Kyle Lambert

Mise en garde

Le contenu du présent document fournit un aperçu de la question, qui ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt consulter ses propres conseillers juridiques.

© McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l./LLP 2018

Perspectives (5 Posts)Voir Plus

Featured Insight

Comprendre le cadre des services bancaires pour les gens : perspectives clés de la loi no 1 d’exécution du budget de 2024

Le 30 avril, le gouvernement fédéral a présenté la Loi no 1 d’exécution du budget 2024, qui fournit le cadre législatif du système bancaire ouvert au Canada.

Lire plus
16 Mai, 2024
Featured Insight

Expiration des restrictions imposées aux étudiants étrangers pour le travail hors campus : lignes directrices pour les employeurs

La dérogation temporaire accordée par le gouvernement du Canada dans le but de permettre aux étudiants étrangers de travailler plus de 20 heures par semaine a pris fin le 30 avril 2024.

Lire plus
16 Mai, 2024
Featured Insight

L’évaluation des risques juridiques : un outil essentiel de gestion des risques

Nous pouvons affirmer que la meilleure façon de régler les questions juridiques qui se posent dans toute entreprise est de concentrer les efforts sur leur détermination et leur résolution avant qu’elles ne deviennent des problèmes juridiques.

Lire plus
17 Mai, 2024
Featured Insight

Comprendre les limites du privilège juridique à la suite d’une cyberattaque : enseignements tirés de la violation des données de Lifelabs

Dans l’affaire LifeLabs LP v. Information and Privacy Commr (Ontario), la Cour a clarifié la portée limitée du privilège juridique dans le contexte des atteintes à la protection des données.

Lire plus
10 Mai, 2024
Featured Insight

Éclaircir les zones d’ombres du terme « exploitation » dans les revendications de contrefaçon de brevet

Dans l’affaire Steelhead LNG (ASLNG) Ltd. v. Arc Resources Ltd., la Cour a examiné ce qui constitue l’« exploitation » d’une invention brevetée dans le contexte d’une contrefaçon de brevet.

Lire plus
9 Mai, 2024