Insights Header image
Insights Header image
Insights Header image

Une « pause-vaccin » pour se faire vacciner contre la COVID-19

Le 12 mai 2021 Bulletin droit de l'emploi et relations de travail Lecture de 2 min

Le Québec suit le pas des provinces de common law[1] en prenant des mesures législatives pour encourager la vaccination.

S’inspirant d’une obligation déjà existante permettant aux employés de s’absenter pour aller voter aux élections, Québec Solidaire, un parti de l’opposition, réclame que tous les salariés puissent bénéficier d’une pause de quatre heures payées pour leur permettre de se faire vacciner contre la COVID-19.

En effet, le projet de loi 798 donne le droit à tout salarié de s’absenter du travail pendant au moins quatre heures consécutives, et ce, sans réduction de salaire, afin de recevoir chacune des deux doses du vaccin contre la COVID-19 jusqu’à la levée de l’état d’urgence sanitaire déclaré par le gouvernement québécois le 13 mars 2020.

En conséquence, si le projet de loi 798 est adopté, les employés n’auront pas à aller se faire vacciner pour la COVID-19 sur leurs heures personnelles ni à prendre un congé de maladie s’ils se font vacciner pendant les heures de travail.

Ce projet de loi prévoit entre autres que le salarié qui désire s’absenter du travail pour se faire vacciner devra aviser son employeur de son absence le plus tôt possible. Toutefois, le projet de loi ne précise pas de délai pour que l’employé le fasse.

À noter également qu’aucune date d’entrée en vigueur pour ce projet de loi n’est encore prévue.

Nous suivrons les développements à cet effet et vous tiendrons informés de tout avancement en lien avec ce projet de loi.

[1] Notamment : Colombie Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba et Ontario.

par Shari Munk-Manel, Mireille Germain et Nicholas Yanakis.

Mise en garde

Le contenu du présent document ne fournit qu’un aperçu du sujet et ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt consulter ses propres conseillers juridiques.

© McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l. 2021

Perspectives (5 Posts)Voir Plus

Featured Insight

Avertissement aux entreprises : les sociétés peuvent être tenues responsables d’un délit de corruption même si elles n’avaient pas l’intention de verser ou de recevoir un pot-de-vin

Les entreprises qui ont l’obligation de fournir des conseils impartiaux doivent prendre des mesures pour s’assurer que les paiements qu’elles font ou reçoivent ne seront pas interprétés ultérieurement comme des pots-de-vin.

Lire plus
18 Avr, 2024
Featured Insight

L’investissement étranger sur le marché des batteries de véhicules électriques : le cadre réglementaire en Amérique du Nord et l’avantage stratégique du Canada

Explorez la croissance du marché des batteries pour véhicules électriques au Canada et aux États-Unis ainsi que les incitatifs et la réglementation sur les investissements étrangers applicables. Perspectives stratégiques pour les entreprises indo-pacifiques.

Lire plus
16 Avr, 2024
Featured Insight

Bien faire les choses : les exigences juridiques nécessaires au lancement d’une entreprise technologique en démarrage

Aperçu des éléments juridiques nécessaires aux entreprises technologiques en démarrage.

Lire plus
15 Avr, 2024
Featured Insight

Premier projet d’expérimentation au Québec visant à accorder un avantage aux entreprises engageant des autochtones dans l’exécution d’un contrat public

Premier projet d’expérimentation au Québec visant à accorder un avantage aux entreprises qui « affecteraient » des autochtones à un contrat public

Lire plus
15 Avr, 2024
Featured Insight

Tempête à l’horizon : les répercussions des changements à la Loi sur la concurrence sur la location Veuillez prendre note que ce webinaire se déroulera en anglais.

La Loi sur le logement et l’épicerie à prix abordable (projet de loi C-56) a récemment apporté à la Loi sur la concurrence (Canada) des modifications qui régiront l’ensemble des baux et autres ententes entre propriétaires et locataires, pas seulement ceux des épiceries.

Détails
Le mardi 30 avril 2024