Digital Brain
digital brain
digital brain

Budget 2022 : offensive contre les importations déloyales

13 avril 2022 Bulletin sur le commerce international et la réglementation Lecture de 3 min

Au Canada, des lois protègent les producteurs canadiens contre la concurrence déloyale résultant des subventions de gouvernements étrangers et des pratiques tarifaires déloyales de sociétés étrangères.

Les producteurs qui estiment subir un préjudice en raison d’importations sous-évaluées ou subventionnées peuvent demander aux autorités canadiennes de faire enquête et d’imposer des droits antidumping ou compensateurs à la frontière pour pallier cet avantage indu.

Le gouvernement fédéral a annoncé dans son budget de 2022 des modifications à la Loi sur les mesures spéciales d’importation et à la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur. Ces modifications aideront les producteurs canadiens à contrer les importations déloyales et obligeront les importateurs et les exportateurs étrangers à préparer une meilleure défense en cas d’allégations de commerce déloyal.

Cinq grands changements ont été annoncés :

  1. L’Agence des services frontaliers du Canada créera une unité de consultation sur les recours commerciaux qui appuiera les entreprises (surtout les petites et moyennes entreprises) dans leurs recours commerciaux. Elle accompagnera notamment les producteurs canadiens dans la préparation de plaintes réclamant des droits antidumping ou compensateurs et aidera les importateurs à obtenir des exclusions de produits et des décisions sur les droits. Il pourrait y avoir de plus en plus de plaintes déposées par des producteurs qui autrefois pensaient le processus de recours commerciaux inaccessible.
  2. Les syndicats pourront déposer des plaintes pour commerce déloyal, un droit dont seuls les producteurs nationaux disposent à l’heure actuelle. Le Tribunal canadien du commerce extérieur accordera plus d’importance aux intérêts des travailleurs dans son évaluation du préjudice subi par un producteur national en raison d’importations déloyales. Il y aura ainsi plus d’occasions de porter plainte, et les plaintes déposées pourraient être accueillies plus souvent.
  3. L’Agence des services frontaliers du Canada aura plus de discrétion pour enrayer le contournement de droits existants. Si des indices permettant raisonnablement de conclure au contournement de droits sur des marchandises, la portée de ces droits pourra être élargie. Il arrive en effet que des marchandises soient introduites au Canada de façon à éviter les droits antidumping ou compensateurs dus, par exemple lorsqu’elles sont achevées ou assemblées au Canada ou dans un pays tiers. Comme davantage d’importations pourront vraisemblablement faire l’objet de recours commerciaux, les exportateurs et les importateurs canadiens qui tentent de réorganiser leurs chaînes d’approvisionnement pour éviter des droits devront assumer plus de risques.
  4. Le Tribunal canadien du commerce extérieur devra évaluer l’opportunité d’appliquer des droits rétroactifs en cas d’importation massive, et les critères encadrant leur application seront modifiés. Ces changements auront certainement un effet dissuasif sur le marché dès qu’une plainte donnant ouverture à une enquête aura été déposée, et ils réduiront les probabilités que des importations entrent au Canada avant l’imposition de droits.
  5. Pour simplifier le maintien des droits après cinq ans, la remise d’un avis d’expiration avant un réexamen relatif à l’expiration ne sera plus exigée. Ces changements allégeront le fardeau administratif de toutes les parties et accéléreront le processus de renouvellement des droits.

Le groupe du commerce international de McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l. se démarque nettement dans son domaine au Canada. McMillan a agi à titre de conseiller juridique dans 10 des 13 enquêtes sur des recours commerciaux lancées au Canada de 2020 à 2022 et dans la majorité de celles lancées depuis 2015. Nos avocats ont activement participé à l’élaboration de ces propositions et ils se feront un plaisir de répondre aux questions des acteurs du marché.

par Peter Jarosz, Jonathan O’Hara et William Pellerin

Mise en garde

Le contenu du présent document ne fournit qu’un aperçu du sujet et ne saurait en aucun cas être interprété comme des conseils juridiques. Le lecteur ne doit pas se fonder uniquement sur ce document pour prendre une décision, mais devrait plutôt obtenir des conseils juridiques précis.

© McMillan S.E.N.C.R.L., s.r.l. 2022

Perspectives (5 Posts)

Featured Insight

Séminaire annuel McMillan à l’intention des clients – Cybersécurité et protection des renseignements personnels et des données

Joignez-vous au groupe de protection de la vie privée et des données de McMillan le mercredi 7 décembre pour un survol des développements juridiques récents, des conseils sur la façon de se conformer aux obligations nouvelles et à venir en vertu du projet de loi 64 du Québec, et des discussions sur des sujets d’actualité touchant la gestion des données.

Détails
Mercredi 7 décembre 2022
Featured Insight

La consultation est lancée pour la deuxième série de changements à la Loi sur la concurrence

Consultation du gouvernement canadien concernant la modification de la Loi sur la concurrence

Lire plus
21 Nov, 2022
Featured Insight

Appel à dénouer la crise de la chaîne d’approvisionnement des transports au Canada : rapport final – Partie III

La Loi sur les transports au Canada offre aux expéditeurs quelques recours, mais ceux-ci sont partiellement ou totalement inefficaces.

Lire plus
18 Nov, 2022
Featured Insight

Pas d’emploi ou d’enregistrement, pas d’achalandage – une décision récente confirme des principes reconnus en droit des marques de commerce

Commentaire sur 2788610 Ontario Inc. v. Bhagwani, [2022] O.J. No. 778 – injonctions interlocutoires, marques de commerce et commercialisation trompeuse

Lire plus
11 Nov, 2022